Qui peut utiliser Evrest ?

Les médecins collaborateurs peuvent-ils participer à Evrest ?

Au même titre qu'un médecin du travail, un médecin collaborateur peut entrer dans le dispositif EVREST. Un identifiant lui sera attribué.

Les infirmières peuvent-elles remplir des questionnaires « 10 paires » au cours de leurs entretiens infirmiers ?

Les infirmières sont les assistantes du médecin. C’est le médecin qui lui attribue ses missions. Plus le temps passe, plus elles feront ou font déjà des entretiens périodiques, entretiens qui sont presque la seule source d’alimentation de l’observatoire Evrest. Aussi, un médecin qui est déjà dans le dispositif ou qui décide d’y entrer, alors que son effectif attribué ne lui permet plus d’assurer les suivis systématiques bisannuels, pourra-t-il demander à l’infirmière de participer au recueil des données des salariés nés en octobre des années paires.

Dans ce cas, l’infirmière « portera » les identifiants du médecin qu’elle assiste. Le médecin, pour sa part, a l’obligation de lui donner les informations complètes portant sur le fonctionnement du dispositif et de la former au recueil des données.

 

Je fais déjà Evrest, pourquoi participer aux quinzaines MCP ?

Les approches de ces 2 dispositifs, l’une par les perceptions des salariés, l’autre par l’expertise du médecin, sont complémentaires car elles permettent d’avoir des visions différentes des problèmes de santé au travail : 

- Le dispositif Evrest, géré par un Groupement d’Intérêt Scientifique, s’intéresse à la façon dont les salariés perçoivent leur travail et leur santé, sans faire de lien a priori entre la santé et le travail, sachant que l’un peut influer sur l’autre et inversement ; les liens entre la santé et le travail peuvent être analysés individuellement par le médecin ou l’infirmier(ère) dans le cadre de l’entretien santé-travail – ou collectivement, a posteriori, à l’aide de modèles statistiques. 

- Le programme de surveillance des Maladies à Caractère Professionnel (MCP), piloté conjointement par l’InVS et l’inspection médicale du travail, apporte des informations sur la fréquence des pathologies signalées par les salariés au médecin du travail et des agents d’exposition professionnelle à l’origine des pathologies signalées ; ces données sont issues de l’expertise des médecins du travail qui participent ainsi à la veille sanitaire des risques professionnels.

Ainsi, les données issues de ces 2 dispositifs apportent des regards différents de la santé des salariés et sur les liens entre le travail et la santé. Des rapprochements entre les données ont déjà été réalisés à un niveau régional et ont donné lieu à des communications orales qui ont montré l’intérêt de croiser les regards et de s’interroger sur les différences observées (résumé "Nord - Pas-de-Calais" - résumé "Franche-Comté"). Ces coopérations entre les 2 dispositifs seront poursuivies dans les années à venir, dans le but d’avoir une meilleure compréhension des observations issues de ces deux systèmes d’information en santé – travail.

Lien utile : le dossier thématique « Maladies à caractère professionnel, InVS »

J’assure le suivi des salariés d’une entreprise multi-site et/ou implantée sur plusieurs régions, et je souhaite utiliser le dispositif Evrest de façon coordonnée avec mes collègues. Comment m’y prendre dans ce cas particulier ?

Afin de répondre aux demandes des grandes entreprises qui souhaitent utiliser le dispositif Evrest, il est proposé aux médecins du travail qui les suivent, une « formule » un peu différente, permettant plus de souplesse d’utilisation, tout en bénéficiant du soutien du réseau Evrest national. 
Il est indispensable qu’un des médecins suivant une entreprise multisites soit identifié comme coordonateur pour cette entreprise.

En accord avec la société Epiconcept, qui héberge la base de données nationale, les modalités suivantes de participation sont proposées :
1) La société Epiconcept peut développer, pour les entreprises intéressées, un site de saisie spécifique pour les médecins utilisateurs de l’entreprise, et donc la création d’une base de données séparée de la base nationale (hébergée chez Epiconcept) ; cette base est constituée au minimum des mêmes informations et du même échantillonnage que le dispositif national (salariés nés en octobre des années paires) ; les frais de développement et d’hébergement de cette base sont à la charge de l’entreprise demandeuse ;
2) Des questions complémentaires, spécifiques à l’entreprise, peuvent être librement ajoutées en fin du questionnaire habituel ;
3) Les fiches des salariés nés en octobre des années paires, faisant partie de l’échantillon national de salariés, sont reversées annuellement dans la base nationale (permettant de rendre la base nationale plus représentative du tissu économique français) ;
4) Le médecin coordonnateur de l’entreprise est invité à participer activement aux réunions du réseau Evrest national (réunions des médecins référents régionaux Evrest, réunions des statisticiens), afin de bénéficier des réflexions du réseau ;
5) La société Epiconcept pourra également, suivant la demande, proposer une aide dans l’exploitation statistique de données Evrest de l’entreprise. Cette prestation est alors complètement personnalisée, et est donc à la charge de l’entreprise.

Dans le contexte d’un travail coordonné entre plusieurs médecins, il est rappelé l’importance de la prise en compte des données qualitatives recueillies par les médecins et/ou infirmiers, notamment lors des entretiens avec le salarié ; ce sont ces données qui permettront l’interprétation des chiffres apportés par le questionnaire et la compréhension des liens santé – travail.

Enfin, il est rappelé qu’Evrest étant une « marque déposée », il n’est pas autorisé d’utiliser ce nom en dehors de l’utilisation du dispositif national ou coordonné avec celui-ci.